Un quarantième rugissant

Pas de course courue ce mardi. Un vent fort (30 nœuds d’est), une mer blanche et chaotique à la sortie de la baie, la direction de course des Régates Royales – Trophée Panerai a pris la sage décision à 11h30 ce matin d’annuler les manches prévues.

Demain, le ventilateur devrait baisser d’un cran permettant aux 200 équipages de larguer les amarres et d’envoyer la toile du temps…

 27 nœuds à l’anémomètre du Yacht Club de Cannes à 8h ce matin. Des rafales à garder les pavillons à l’horizontale et à vous décorner un bœuf. Après l’envoi de l’aperçu sur H (pavillon retard), Jérôme Nutte, PRO (Principal race officer) des Régates Royales a rapidement indiqué aux équipages l’annulation des courses du jour. Une décision plus que raisonnable quand on sait que le 5 mâts Club Med 2 long de 187 mètres est venu s’abriter dans la baie.

Pour l’heure, seuls les 50 Dragon ont une manche au compteur, effectuée hier dans des tous petits airs. La première journée de course pour les classiques démarre donc demain à 11h comme prévue au programme.

Météo de demain
Le vent d’est sera toujours bien présent le matin mais devrait s’essouffler en tout début d’après-midi. Ce sera alors pour les yachts classiques l’occasion de rentrer dans le vif du sujet des Régates Royales - Trophée Panerai. Moins de vent, mais une mer qui risque bien d’être encore très formée. A 9h30, tous les équipages ont rendez-vous pour le briefing du jour avant le début des hostilités.

Ils ont dit sur les quais Saint-Pierre et Laubeuf

Gérard Blanc, Tsuica II (Dragon), 3e général provisoire
« 
50 bateaux, 15 nationalités, le niveau de jeu est élevé en Dragon. Sur les Régates Royales les meilleurs navigateurs sont présents, comme le champion d’Europe Pedro Rebelo de Andrade et le vainqueur 2017 Anatoly Loginov. Trois bateaux neufs ont été mis à l’eau à l’occasion des Régates Royales, c’est dire si la classe est dynamique ! Les Dragonistes aiment venir à Cannes, c’est unique pour nous. Les régates sont serrées et l’ambiance reste conviviale. Les formes du Dragon correspondent à celles des yachts classiques, nous sommes un peu de la même famille. »

Gilles Mallet, Sovereign (12 mJI)
« Ce sera la dernière régate de Sovereign, et on fête cela lors de la 40e édition des Régate Royales. Pas mal non ? J’ai passé 27 ans sur Sovereign et c’est ma 31ème participation consécutive aux Régates Royales. Cannes est un de mes endroits préférés pour régater : la baie est fantastique, le plan d’eau est à la fois tactique et très technique. Il y a des coups imparables à faire pourvu que l’on soit attentif à ce qu’il se passe sur l’eau. Il faut du muscle et de la tête pour gagner une régate ici ! Côté météo, nos bateaux peuvent naviguer entre 5 et 25 nœuds, plus ce n’est pas raisonnable. ».

Le chiffre du jour : 30
30 nœuds de vent dans les rafales, 27 établis dans le port de Cannes, 1,5 de creux. Les raisons d’une journée à terre pour les 200 voiliers des Régates Royales.