Festival de robes blanches à Cannes

Flèches, focs, clin-focs, spis, grand-voiles… toutes les garde-robes étaient de sortie en baie de La Napoule pour courir le magnifique parcours de 20 milles lancé par le comité de course aux alentours de 13h.

Entre les îles de Lérins et la pointe de l’Esquillon, le long des Monts Rouges du massif de l’Esterel, les yachts classiques de toutes tailles s’en sont donnés à cœur joie dans des conditions de navigation fantastiques : de 12 à 14 nœuds de vent de sud, une mer plate bleue marine et un ciel d’azur…

200 voiliers, 12 catégories, deux zones de navigation, l’organisation nautique des Régates Royales n’est pas une mince affaire. Et pourtant, en baie de la Napoule ou de golfe Juan, les coups de canon se sont enchaînés sans coup férir, avec une régularité de métronome. Sur le premier départ, celui des Big Boat, Mariska s’est offert le luxe d’un joli passage de ligne bâbord amures prenant par surprise tous ses concurrents. Un coup de maître du tacticien Christian Ponthieu, rondement mené par l’équipage et le barreur Sébastien Audigane. La chasse au magnifique plan Fife de 1908 était ouverte.

Tactique et technique
Il y a eu des choix tactiques à faire sur le plan d’eau de plus en plus venté de la baie de la Napoule. Quand certains viraient à raser les cailloux ocres des monts rouges, d’autres choisissaient le large. Bien inspiré, Mariska termine deuxième au général provisoire juste derrière Moonbeam of Fife qui conserve la tête chez les Big Boat. Du côté des Aurique, le léger et pur racer Kismet plus que centenaire s’offre la première place reléguant le vainqueur d’hier Kelpie en deuxième position devant Viola qui fête cette année ses 110 ans. En tête de la catégorie Classique, deux équipages Espagnols se crêpent le chignon : le sloop Argos prend la tête devant Yanira. Chez les Classic Racer, le sloop marconi Sagittarius reste en tête devant Resolute Salmon et le maxi Il Moro Di Venezia. L’équipage de Mariette, bien décidé à mieux naviguer aujourd’hui est parvenu à détrôner Elena of London au classement des Schooner. Enfin, dans la famille des Marconi Cippino et Fjord III restent en tête…


Dragon : Annapurna au sommet
Quelle bagarre ! Sur ce dernier jour de régate, les 50 équipages en Dragon ont couru deux manches ce qui porte à six le nombre de courses effectuées sur cette 40e édition des Régates Royales. Les Russes d’Annapurna ont eu fort à faire pour laisser les Britanniques de Blue Haze dans leur tableau arrière. Ils gagnent la dernière manche s’octroyant ainsi la victoire finale, et ce n’est pas la première fois à Cannes. Sur la troisième marche du podium, les Allemands sur NN ont contrôlé les Suisses qui terminent deux points derrière au général. Enfin coup de chapeau à la barreuse britannique Gavia Wilkinson-Kox sur Jerboa, 5e au général. Le premier Français Ulysse s’offre une belle manche de 9e, lui permettant de finir 8e au général.

« On a fait une très belle première manche aujourd’hui, des bons départs, on était un peu un cran au-dessus des autres Français. Le niveau est vraiment très relevé. Ça se joue sur la dynamique des réglages car les bateaux sont très proches en vitesse. Les Russes ont tout le temps joué à l’endroit, ils partent bien, font toujours les bons choix tactiques » racontait Christian Gout (Ulysse) à son arrivée au ponton.

Demain, dernier jour de régate pour les yachts classiques. Début des hostilités à 12h pour tenter d’accrocher à son palmarès la 40ème édition des Régates Royales et le Trophée Panerai 2018.